vendredi 31 octobre 2008

THE PRESIDENT HE IS INSANE 1984

THE PRESIDENT HE IS INSANE
House of Chadula # 1984A

America Stands Tall (EC) / President Helms (EC) / Women Against Pornography (EC) / 10 Most Wanted List (EC) / Greetings from Grenada (EC) / Our Neighborhood (EC) / Happy New Year (EC) / Screw a Corpse With a Naked Dick (EC) / Dirty Harry/They Wanted Me Not to Go to Africa (EC) / Oh Mickey/I Hate Music (EC) / You're Really Beautiful (EC) / Psycho Birdcage/Beatles Birdcage/Red Ball... (EC) / Torture of Melody the Collie (EC) / Torture of Daughter and Friends (EC) / Torture of Daycare Class With Percussion... (EC).

"All recordings done solo, no other musicians, no overdubs, xcept for all of the songs. Under personal duress we were forced to include the Hank Gonzalez Orchestra on four tracks, but we are not sure which ! "
C'est le premier disque lo-fi du docteur, et le début d'une longue suite d'albums faits main, autoproduits jusqu'à l'os, au son fascinant et brutal. Avant que tout le monde ne fasse de la lo-fi, Eugene Chadbourne avait commencé, en marge de ses autres disques, à diffuser des cassettes d'une sauvagerie et d'une crudité admirables- c'est bien connu, il y a plus de vitamines quand c'est cru. En réalité, tout est parti d'un malentendu: le patron du label Iridescence, trouvant que ça sonnait très bien comme ça, a publié directement la cassette demo que lui avait envoyée Eugene, et le disque est sorti en l'état. La première partie est consacrée à des protest songs enregistrées dans la solitude d'une chambre à échos (ça réverbère parfois terriblement, et ça fait parfois penser à du Elvis confit dans la reverb - je veux dire à du Alan Vega), entrecoupées d'extraits radios stupides, comme America stands tall, critique de la position américaine lors de la guerre du Liban, et l'autre à un collage dadaïste hallucinant, hilarant, cartoonesque, semé d'éclats de piano, de guitares déflagrées, d'interventions d'animateurs radio qui s'excusent, de voix inquiétantes, de fréquences qui font mal aux oreilles, et de lambeaux sanglants du hit de Toni Basil, Oh Mickey.
Arnaud Le Gouëfflec

Version LP:

1 commentaire:

Emmanuel a dit…

Je ne me suis jamais remis du laminage de cerveau de "Dirty Harry". un régal psychotique...